Femme coquine
Publié le 15 Décembre 2014 à 10h43 - 137900 clics

Les femmes sont des coquines

La France est le pays où les femmes sont les plus libres sexuellement selon un sondage récent, publié par un magazine féminin spécialisé. Les Françaises sont de plus en plus coquines ces dix dernières années pour différentes raisons.

Pourquoi les Françaises sont les plus coquines ?

Indiscutablement, ceci est le résultat d’une libéralisation culturelle, qui après les périodes communistes des années 70, la génération Y s’est épanouies en copiant sur d’autres modèles, sans pour autant laisser leurs identités culturelles. Influencer par l’american way of life et le boom sexuel britannique, les Françaises savent bien en tirer profits sans pour autant délaisser les leurs. À part cela, une éducation sexuelle bien rodée, et ce, dès leurs plus jeunes âges.
 


 

Fini les tabous et interdits à l’école, car les professeurs et enseignants optent sur la prévention comme l’utilisation des préservatifs et les contraceptions. Ce sont ces raisons qui en font des Françaises d’aujourd’hui les femmes les plus épanouies sexuellement et surtout de plus en plus coquines.

Coquines et romantiques

Considéré comme sans tabou dans les pratiques sexuelles, il est à noter que les Françaises sont avant tout des romantiques nées. Cela ne veut pas dire qu’elles n’accordent pas de l’importance au sexe, mais avant de se dévoiler totalement leurs sexualités à ses partenaires, elles veulent être séduites et se sentir désirées, voire même aimées, ce qui complique un peu les choses chez les hommes pressés.


Toutefois, ce n’est pas trop difficile de conquérir cœurs et âmes des Françaises pour qu’elle soit coquine. La recette de base est toute simple : rester naturel, être galant et poli et surtout d’être romantique. Elles préfèrent qu’on leur montre de la tendresse et d’affection en les offrants de fleurs ou diners aux chandelles que des bijoux de valeur ou autres cadeaux à un prix exorbitant. Alors à vos talents les mecs !

Laissez votre commentaire à propos de cet article